Gérer la frustration

Classé dans : Insertion | 0
Partager
Share on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Tweet about this on Twitter

Cette séquence a été tournée quelques jours avant les attentats du 13 novembre. Le fait qu'elle soit enregistrée à PARIS est un simple hasard.

C'est avec Amour, Respect et Bienveillance que toutes mes pensées vont vers les familles et amis des victimes.

 

Gérer la frustration

708769_lowDans cette histoire, je vous fais partager un autre extrait des aventures de Said dont j’ai parlé dans le chapitre 19.

Il venait de s’engager dans un (énième) programme d’accompagnement et j’avais l’opportunité de la placer en stage chez un livreur que je connaissais bien. Ce stage pouvait se prolonger par un contrat d’un an. Le dirigeant a décidé de me faire confiance et à mon tour je fais le pari de faire confiance à Said en le plaçant sur un stage en livraison. Et je suivais de près cette expérience. En effet je prenais moi aussi le risque de perdre la confiance de cet employeur. Ma crédibilité était aussi en jeu, et j’avais prévenu Said !

Copie de 435103_low - copieLa 1ère semaine fut une vraie réussite. Le gérant m’a fait un retour excellent. Et je me dis: ça y est, Said est en poste ! Yes ! ..... Mais non. Après 3 semaines, le gérant me rappelait en me disant qu’il mettait fin au stage. Said ne respecte pas les règles de l’entreprise, et n’arrivait pas à s’intégrer dans l’équipe.

Et en débriefing je comprends mieux : Said a clairement exprimé au dirigeant qu’il ne voulait pas d’un CDD d’un an, mais qu’il voulait un CDI après son stage sinon rien. Retour à la case départ pour Said. Quel dommage !

 

Les conseils du coach 18539386_s

Toutes ces histoires sont souvent de beaux parcours et des réussites. Mais comme vous l’avez constaté, d’autres cas n’ont pas
amené les résultats souhaités. Et c’est parfois décourageant (frustrant) pour le conseiller, pour le coach, d’observer l’échec de l’accompagnement.

 

Persévérez ! Un parcours n’est jamais terminé, donc l’échec n’est que passager. Et faites confiance à l’être humain : Ce que vous avez fait, dit ou transmis, restera quelque part dans le cheminement de l’autre.

L’impact de votre intervention n’est peut-être pas celui que vous aviez envisagé, mais il est bon de se rappeler que c’est pour votre coaché que ça doit compter, pas pour nous. Nous n’avons en fait aucune idée réellement de ce qu’il va en garder.

 

La reconnaissance se situe souvent ailleurs. Elle est rarement directe.

Dès lors que votre intervention est sincère, et faite avec bienveillance, professionnalisme et générosité, alors vous pouvez être fier de vous et votre belle mission. Le reste ne vous appartient pas. Le coaché fera le reste. La frustration n’a pas sa place dans nos entretiens, car cette frustration consiste à nourrir un espoir qui n’est pas le nôtre.

On peut se rappeler les Accords Toltèques, et notamment 2 principes forts que sont :

Quoi qu’il arrive, n’en faites jamais une affaire personnelle

Faites toujours de votre mieux

Dès lors que vous ressentez une forme de frustration dans les résultats de vos bénéficiaires, c’est un signe que vous en faites une affaire personnelle. Ne soyez alors ni déçus ni heureux, mais réfrénez vos ressentis (refréner ne veut pas dire refouler !). Réfréner veut dire gardez-les en mode « Veille », pour éviter qu’ils n’encombrent d’autres entretiens, notez-les sur une petite feuille et rangez-les au moment de vos accompagnements. Puis utilisez-les, étudiez-les, lors de séances de supervision par exemple, avec votre coach, ou en formation.

36500306_sRéfrénez-vos émotions, veut dire : je les utiliserai le moment voulu. Vous commencez à maîtriser vos émotions et à développer votre intelligence émotionnelle. Vous trouvez alors la bonne distance.

 

Avec passion,

Alexis.

Partager
Share on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Tweet about this on Twitter

Laissez un commentaire