Aux frontières du réel

Classé dans : Insertion | 1
Partager
Share on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Tweet about this on Twitter

Changer le passé, c'est possible!

Neurosciences et coaching

Les avancées dans le monde de la neuroscience et de la biomécanique du cerveau nous ont montré ces dernières années que nous pouvions modifier nos souvenirs. Cela est possible en associant d’autres émotions (berceau de la mémoire) aux situations passées, comme l’a fait Yannick dans l’histoire précédente. Mais on peut aller beaucoup plus loin, aux frontières du réel…

1- Qu’est ce que le passé ? La psychologie du 20ème siècle nous a appris que nous sommes le fruit de notre passé, empreint de nos croyances, nos règles, nos valeurs, nos expériences bonnes ou mauvaises, nos réussites et nos souffrances. Tout notre psychisme se structure autour du passé (ce qui justifie le travail des psychologues, psychanalystes, psychiatres, et autres).

En y réfléchissant, où se trouve le passé, à part dans notre mémoire, dans notre souvenir? Nos expériences passées ne sont que des souvenirs, des images virtuelles fabriquées par notre cerveau. Et au combien déformées par notre cerveau, nos filtres de perception entre autre. Pour preuve, le souvenir d’une même situation sera différent d’une personne à une autre. Quelle est alors la réalité de cette situation passée, si ce n’est qu’une illusion fabriquée par notre cerveau ? La conclusion est simple : Le passé, en soi, n’existe pas.

Cette notion est confirmée scientifiquement par les modèles quantiques, lois qui régissent l’univers et le monde atomique, dont nous sommes intégralement constitués ! En physique quantique, le temps n’est pas une référence, mais simplement un paramètre perturbateur amené par l’observateur (l’homme). On pourrait le résumer ainsi : Tant qu’on n’a pas réfléchi à la notion de temps, le temps n’existe pas…

2- Nous sommes libre de penser. Nous ne sommes pas que le fruit de notre passé, mais aussi la conséquence de nos choix et de notre engagement présent. Donc, on a le choix : On peut continuer à subir, ou prendre la main.

Certaines blessures, certaines failles restent très profondes. On peut donc vivre avec nos souffrances très longtemps. Mais on peut aussi choisir de s’en libérer.

Là aussi, de nombreuses expériences nous montrent que nos facultés cérébrales sont sous-exploitées. Les principes de concentration, de focalisation, de visualisation, sont des exercices de pensée qui nous montrent que lorsque l’on choisie d’orienter sa pensée (focus sur un point par exemple), on peut se détacher des interférences, on oublie temporairement nos pensées parasites.

 

3- Vous avez le pouvoir de changer la réalité. La réalité que je vie, c’est la réalité que je crée.

Puisque nous pouvons choisir nos pensées, nous pouvons construire notre réalité, nous avons le pouvoir d’agir dessus. Je dis bien le POUVOIR. Car c’est un véritable pouvoir, une force qui nous appartient.

Nos freins psychologiques (manque de confiance, peurs, doutes, capacités,…) nous enferment dans une réalité que nous avons construit de toutes pièces. Et certaines expériences du passé structures nos actions d’aujourd’hui. Mais puisque le passé n’existe pas, réellement, et puisque nous sommes libres de penser ce que l’on veut, alors pourquoi ne pas changer notre perception du passé, celle qui nous encombre justement. En modifiant votre schéma de pensée et vos souvenirs, vous changerez votre perception du monde et de vous même, vous changerez votre réalité et votre avenir.

Je suis en train de vous dire que vous pouvez changer votre avenir et modifiant votre passé !

Vous devez penser que le coach devient fou… Peut-être, ou peut-être pas. Et si c’était possible, qu’est-ce qui vous empêche d’y croire ? Et pourquoi pas ?

C’est en tout cas un formidable élan d’espoir pour toutes les personnes en difficulté. L’exemple de Yannick dans l’histoire précédente est le reflet de cette approche. Plusieurs techniques permettent de travailler dans ce sens. L’approche des Neurosciences Motivationnelles est particulièrement efficace et rapide.

 

 

À très bientôt,

Alexis.

 

 

Partager
Share on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Tweet about this on Twitter

One Response

  1. Très intéressant comme point de vue.
    Changer le passé comme le futur est donc possible !
    Le futur a été écrit pour être changé…

Laissez un commentaire